D'un centre à l'autre... Paul Charruau
Formation | 
Vendredi 9 octobre 2015 - 19:45
Cette saison, le groupe professionnel du VAFC est principalement composé de jeunes joueurs passés par le Centre de formation du club. Régulièrement, nous reviendrons donc avec l'un d'entre eux sur le passage d'un Centre à l'autre au Mont-Houy... Aujourd'hui, place à Paul Charruau !

Son arrivée au centre

J’étais venu faire deux essais à Valenciennes, un l’année précédant mon arrivée et un autre l’année de mon arrivée. Cela s’était très bien passé. Ensuite, j’avais été invité à l’inauguration du Centre de formation, faite par Bernard Laporte. A ce moment-là, j’avais pu voir le bâtiment et les coaches qui étaient présents. J’ai rejoint le club en juillet (2009), pour la reprise de l’entraînement. Mes parents m’avaient accompagné, la voiture remplie d’affaires. J’arrivais de l’INF Clairefontaine. Grenoble m’avait aussi contacté, mais j’étais tenté par Valenciennes. La proximité avec Paris, où vit ma famille, a joué, les infrastructures ont aussi fait la différence. J’avais aussi eu un bon feeling avec Karim Boukrouh et Gaby Desmenez, qui étaient le coach des gardiens du Centre et le Directeur du Centre de Formation à l’époque. Tout ça avait fait pencher la balance pour Valenciennes.
Je me souviens de mon premier jour, nous avions fait un entraînement assez classique pour une reprise, avec des footings. Mes parents étaient restés pour regarder l’entraînement et étaient repartis le soir.

Ses années au centre
C’était assez particulier au début. J’arrivais de l’INF Clairefontaine, où j’étais avec les mêmes personnes depuis 3 ans. On vivait vraiment 24h/24 ensemble, on se connaissait par cœur et de grosses affinités s’étaient créées. Et j’arrivais donc à Valenciennes, où je ne connaissais personne, à part Marco Da Silva, que j’avais côtoyé à l’INF pendant 2 ans. Dans le groupe, il y avait pas mal de joueurs de mon âge qui étaient arrivés en même temps. Il fallait créer une ambiance, parce que nous étions la première génération du Centre de formation. Au début, nous nous regardions un peu tous. Mais, rapidement, une bonne ambiance s’est installée. En même temps, ça aidait d’être à trois par chambre. Il y avait cette proximité, en plus des entraînements et des matches. Tout s’est bien déroulé, je ne retiens que du positif de ces années-là, autant sur le plan humain que sportif. J’ai rencontré des personnes avec qui je garderai contact pendant très longtemps. Il y a par exemple Baptiste Lezis, qui était l’enfant du club, il y avait joué pendant 10 ans avant d’intégrer le Centre de formation. Aujourd’hui, il n’est plus au VAFC, mais nous sommes encore très proches.
Sportivement, j’ai gravi les échelons de manière assez classique. Je suis arrivé pour jouer avec les U17 Nationaux et, rapidement, j’ai commencé à m’entraîner avec les U19. Une année plus tard, je faisais mes premières séances avec la réserve. C’était une progression assez constante. Karim Boukrouh était satisfait de mon travail à l’entraînement, dans les matches également. Les années passent, je joue avec les U19, je commence à être appelé en Equipe de France, puis à faire mes premiers matches avec la réserve du VAFC.
Ces années au Centre de formation n’ont pas été toutes roses, il y a eu des moments compliqués mais, globalement, j’ai eu une progression constante avec des coaches qui m’ont toujours apporté beaucoup, chacun dans leur style.

Ses meilleurs souvenirs au centre
L’un de mes meilleurs souvenirs, c’est évidemment le quart de finale de Coupe Gambardella avec le Coach Triqueneaux à Saint-Etienne. On avait manqué d’expérience. Sur la première mi-temps, on s’était fait un peu bouger et on avait pris deux buts alors que Saint-Etienne ne le méritait pas forcément. Nous avions montré un tout autre visage en deuxième période et étions revenus à 2-1, avant de nous incliner sur ce score. On avait un groupe qui vivait super bien, ça se passait très bien avec le coach. Le coach Triqueneaux est quelqu’un qui m’a beaucoup apporté sur les plans humain et sportif.



Autre très bon souvenir, le moment où le coach Boukrouh m’avait annoncé que j’allais être sélectionné en Equipe de France pour la première fois. C’était une double confrontation contre la Suisse, j’avais joué mes premières minutes avec le maillot bleu.
Et enfin, le moment où j’ai appris que j’allais signer pro à VA, le passage du centre de formation au groupe professionnel, reste évidemment un grand souvenir aussi.

Son premier entraînement avec les pros
C’était lors ma deuxième année au club, j’étais très jeune. Chez les gardiens, il y avait Nicolas Penneteau, Jean-Louis Leca et Grégory Wimbée. Christian Mas était l’entraîneur des gardiens. J’arrive à l’entraînement et Jean-Louis (Leca) me demande : « Tu es de quelle année ? ». Je lui réponds : « 1993 ». Et lui dit : « Oula, ça ne me rajeunit pas ça ! » (rires). L’entraînement s’était très bien passé, il y avait une très bonne ambiance entre Nico et Jean-Louis. Ils nous acceptaient et nous intégraient très facilement.

Son premier match avec les pros
C’était un match amical à Saint-Amand face à l’équipe belge de Zulte-Waregem (ndlr : le 7 juillet 2012). J’avais joué 15-20 minutes en fin de match. Il y a forcément moins de pression que pour un match officiel, mais cela fait toujours plaisir de jouer quand on s’entraîne avec le groupe pro. Il y avait aussi les supporters qui venaient voir l’équipe pro. C’est beaucoup d’émotion, de joie. Je n’étais pas trop stressé ou tétanisé parce que j’attendais ça depuis un moment. Et je n’avais pas pris de but…



Mon premier match officiel avec les pros, c’est la rencontre à Auxerre la saison dernière. Le coach Casoni n’était pas trop satisfait de ce que faisait Magno (Novaes), Bertrand (Laquait) venait d’être recruté. Avant qu’il n’arrive, le coach m’a laissé ma chance sur un match en étant très clair avec moi. Il m’avait dit : « Profite de ce match-là, joue le, mais je pense que tu n’es pas encore prêt à être n°1 pour la totalité de la saison. » Cela s’était très bien passé, on avait gagné 2-1. C’était la première victoire à l’extérieur depuis très longtemps, le premier succès de la saison également. Cela avait lancé l’équipe de bonne manière. Pour ma première, j’étais un peu dégoûté de prendre un but, mais c’était quand même une très bonne soirée.



La signature de son contrat pro

Il y avait eu des discussions entre le Centre de formation et le staff professionnel et j’ai donc signé pro juste avant de partir à la Coupe du Monde avec les U20 (ndlr : en juin 2013). C’était une grande joie de pouvoir accéder à ce que l’on recherche tous. Je pouvais alors dire que je ne faisais pas du foot juste pour le plaisir, que c’était devenu mon travail. Et c’est une grande satisfaction de dire que sa passion est son travail. Il y avait énormément de joie, avec les amis, la famille, les coaches que j’avais eu à la formation et aussi à la préformation à Clairefontaine. Ce n’est pas aboutissement, mais cela reste une étape dont on se souvient toute sa vie.

Son premier… maintien avec les pros
Ce VA-Gazélec de la saison dernière est certainement le match qui m’a fait le plus grandir. Il y avait l’enjeu, la pression. Cette rencontre m’a fait gagner en maturité, cela vaut une saison ! Et à la fin, c’était une grande joie. Tout le club, toute la ville attendaient ça. On en avait besoin, notamment sur le plan financier pour le club. Nous, sportifs, devions faire le travail, comme les administratifs l’avaient fait avant pour sauver le club. Et comme ça a été le cas, il a pu y avoir une belle communion avec le public à la fin du match. Tout le monde était très content ce soir-là.



  • Articles
» Club
"Très content de prolonger"
Le gardien du but du VAFC Paul Charruau revient sur sa prolongation de contrat...
» Beauvais-VAFC
"Ne pas tomber dans le piège"
Remplaçant de Damien Perquis en Championnat, Paul Charruau est titulaire en Coupe de France. Le gardien formé au club nous livre ses impressions avant de garder le but valenciennois à Beauvais ce soir...
» VAFC-Laval : J-3
La séance des gardiens en photos
Les gardiens du VAFC s'entraînaient à part ce matin. Retrouvez notre sélection de photos prises pendant la séance !
» Le Havre-VAFC : J-4
"Arrêter cette spirale négative"
Bernard Casoni et Paul Charruau étaient en conférence de presse aujourd'hui. Les meilleurs moments sont à retrouver en vidéo...
» VAFC-Lyon : J-3
Le "Défi Quiz" A. Le Tallec vs P. Charruau
A l'occasion de la réception de Lyon dimanche au Stade du Hainaut, le Champion Anthony Le Tallec, affronte... le jeune gardien de but Paul Charruau !