"Très motivé, satisfait et serein"
Club | 
Samedi 16 janvier 2016 - 17:51
Toutes les déclarations du Président Eddy Zdziech et de Faruk Hadzibegic lors de la conférence de presse de présentation du nouveau coach valenciennois...

EDDY ZDZIECH

L’arrivée du nouveau coach

« C’est avec un immense plaisir que je viens d’accueillir Faruk Hadzibejic dans notre club, qui est le sien maintenant. J’ai mis un peu de temps, et pas mal de personnes me le reprochaient, à prendre la réflexion pour choisir le meilleur entraîneur, celui qui correspond le mieux à ce que l’on veut faire tout de suite et dans les prochaines années au VAFC. Faruk est la bonne personne. Il a un passé important, c’est un grand professionnel qui a envie de s’insérer dans le projet de Valenciennes. Sa vision du football et sa vision du projet correspondent aux miennes.
C’est un entraîneur expérimenté, c’est peut-être ce qu’il a manqué à David, qui, comme vous le savez, a repris une place au sein du Centre de Formation.

Faruk est une bonne personne, qui a des qualités humaines. On s’est parlé pendant deux bonnes heures au téléphone, mais je crois qu’on aurait pu rester quatre ou cinq heures à discuter ensemble. Il a des qualités humaines au-delà de la moyenne et c’est très important pour moi et pour le club. Nous avons des valeurs à Valenciennes et Faruk les défend : le travail, l’humilité et le respect. Il s’intéressait à Valenciennes depuis bien longtemps et croyait au projet du club. C’est quelqu’un qui a envie de travailler avec l’ensemble du club.

Notre projet sportif est en partie basé sur notre formation, il est important que la passerelle entre le Centre de Formation et les professionnels existe. Ces dernières années, la tâche qu’il avait au sein de l’UEFA était en lien direct avec la formation.

Je voulais également un entraîneur qui puisse s’insérer dans la vie valenciennoise, qui habite Valenciennes, qui rencontre les habitants. Ça, c’était très important pour moi. Toutes les choses qui étaient importantes à mes yeux, Faruk les avait. D’autres entraîneurs les avaient, mais cet attachement à la formation, les qualités humaines et l’envie déclarée depuis bien longtemps de venir nous rejoindre et travailler chez nous étaient importantes.

Je suis vraiment très fier qu’il ait accepté de venir chez nous et je pense que l’on va faire un très bon travail avec Faruk dans les prochains jours, dans les prochains mois et dans les prochaines années. »


Le staff

« Il faut évidemment souligner le travail effectué par le staff pendant près de trois semaines. Il était également important pour moi que le nouvel entraîneur considère en arrivant que l’équipe en place était bonne et qu’il ait envie de travailler avec elle. On accueille un entraîneur chevronné, mais le travail effectué par Nicolas, David et Romain était de qualité. C’est d’ailleurs pour ça que, dans mon esprit, il n’y avait pas urgence à choisir un entraîneur. J’avais le temps pour bien réfléchir et choisir la bonne personne. Et je suis sûr de l’avoir fait.
Un adjoint supplémentaire ? On en a déjà discuté avec Faruk. Chaque chose en son temps. On va aujourd’hui savourer l’arrivée de Faruk. Ce sont des sujets sur lesquels on va continuer de travailler prochainement. Le VAFC s’enrichit avec la venue de Faruk. »




FARUK HADZIBEGIC

L’arrivée au VAFC

« Je souhaite remercier le Président pour la confiance qu’il m’a accordée. La tâche est difficile et importante. Mon intérêt pour Valenciennes ne date pas d’il y a quelques semaines. Lorsqu’il y a eu le départ d’un ancien coach, on s’était manifesté, avec mon « équipe » pour le projet de Valenciennes.
A mon sens, j’estime qu’il est au-delà d’un projet d’un petit club, d’une petite ville. C’est un projet régional, ce qui est très positif. »


Le club

« Vous connaissez l’histoire de Valenciennes. C’est un club historique et mythique du football français. Le club était dans la difficulté il y a quelque temps. Le Président, avec son équipe, sa famille, a trouvé les moyens pour sauver le club, avec patience et courage. Il faut d’abord se stabiliser en Ligue 2 et plus tard retrouver la Ligue 1. Le club est là pour progresser.
Je suis ravi de faire partie de l’équipe du Président, des dirigeants. Ici, on a un potentiel, de superbes outils : le Stade du Hainaut et le centre d’entraînement.
Ce que j’adore, c’est qu’il y a une certaine sérénité qui se dégage au sein du club, de la ville, de la région. Les politiciens, comme Monsieur Borloo, ont été une aide précieuse pour la survie du club. »


Le groupe professionnel

« L’équipe, que je connais très bien, est une équipe d’avenir. Peut-être qu’aujourd’hui, elle est un peu jeune, inexpérimentée, mais elle va certainement progresser et obtenir des résultats pour satisfaire le public.

Dans le football comme dans la vie, il n’y a pas de baguette magique. Il faut travailler pour y arriver. C’est une profession comme une autre, il doit y avoir des règles et pas de négligence. Si chacun, les supporters y compris, met ce qu’il faut, je suis convaincu que l’on va réussir, même si nous avons besoin de temps.

Je souhaite rester dans la continuité de ce qui est fait depuis pas mal de temps, tout en essayant d’apporter un petit plus. Je souhaite que le public soit exigeant, mais je lui passe aussi ce message : le temps que je serai à la tête de cette équipe, nous serons pros, donnerons le maximum, comme n’importe quel professionnel dans n’importe quelle entreprise.

J’ai regardé beaucoup de matches. Il y a beaucoup de joueurs que l’on connait, même si tous ne sont pas titulaires ou sont blessés : Séb Roudet, Yunis Abdelhamid, que j’ai eu à Arles-Avignon, Damien Perquis, Eloge Enza-Yamissi… Et puis il y a la jeunesse avec Angelo Fulgini, Nuno Da Costa ou Andy Faustin… Ce sont des garçons qui sont très intéressants. A mon âge, ça me fait rêver de travailler avec ces garçons, je rajeunis ! Je pense aussi que je vais apprendre avec eux. A la maison, mes enfants ont leur âge donc je ne pars pas dans l’inconnu…

C’est une équipe qui est à la fois à sa place parce qu’elle manque d’expérience, mais c’est une équipe qui gagnera sa vraie place au fil des matches, au fil des mois et au fil des saisons. Aujourd’hui, la situation sportive est difficile, mais c’est un passage nécessaire, obligatoire, pour toute équipe jeune qui progresse. Les gens qui ont travaillé dans la formation de ces joueurs peuvent être satisfaits. J’en profite pour féliciter les formateurs… Vous connaissez la qualité de la formation française. »


La situation sportive

« Sur le plan sportif, la situation est difficile. Valenciennes a tous les outils pour réussir, on ne va pas se mentir. Je suis très motivé, satisfait et serein. Je serais ravi que le public nous soutienne à l’entraînement, au stade et en déplacement. Il y a quelque chose à faire et il faut aller au charbon, ce que je ferai avec très grand plaisir. Je souhaite aimer mes joueurs, mon équipe. »


Sur le banc face à Metz ?

« On a discuté avec le Président, Nicolas Rabuel, David Klein et Romain Carpentier. On a décidé que Nicolas serait sur le banc face à Metz. Il ne faut pas que mon arrivée perturbe la préparation du match de lundi. Bien sûr que je serai en tribune à soutenir l’équipe. Et lundi, quoiqu’il arrive, ça sera mon équipe… Dans le football, chaque conseil et chaque avis est important, intéressant et utile. C’est un travail d’équipe. Je suis dans la position où je dois assumer les responsabilités, ce que j’adore, ça ne me fait pas peur. »


Le mercato

« Quand on regarde ce qu’il se passe actuellement au Real Madrid et à Barcelone… Ces clubs ont quelques difficultés à recruter et, pourtant, ce sont les meilleures équipes du monde. Si ces clubs ont besoin de recruter, nous aussi. Après, il faut être lucide : on n’est pas chez Roman Abramovich ! On va se réunir cette semaine pour savoir comment on peut utiliser au mieux l’effectif tel qu’il est actuellement. Il est nécessaire de trouver la solution pour que l’équipe progresse le mieux possible. On n’a pas besoin, au moment où je vous parle, d’annoncer des départs ou des arrivées. Moi, je souhaite travailler avec l’effectif actuel. Et après, le club est tout à fait ouvert, selon ses moyens financiers. Tout est possible mais aucune demande n’a été faite.
On va discuter. Nous ne sommes pas le Real Madrid mais nous avons une autre force : le travail collectif. Et je ne parle pas seulement des pros, mais également du Centre de Formation avec Frédéric Zago. On doit avoir la volonté de faire le maximum, tous ensemble. »


Prise de fonction avant Bourg-en-Bresse

« On s’est déjà organisé. On a observé le match de Bourg-en-Bresse hier… On a fait le nécessaire pour ne pas être en retard en préparant les deux matches qui suivent celui face à Metz. Je me sens coach depuis trois ou quatre jours déjà ! »


Un staff au complet ?

« Il y avait la possibilité que j’amène un adjoint avec moi lors des premières discussions avec le club. Je suis conscient que le projet est bien en place mais il ne faut pas non plus abuser. Je n’ai pas insisté auprès du Président pour amener un homme de confiance avec moi. Je souhaite que tout le monde soit bien à l’aise. Le staff est en place. Amener quelqu’un de nouveau pourrait enrayer la machine.
J’ai eu Steve Savidan au téléphone. On est ouvert à tout. Le club a un projet, chacun à sa manière peut s’associer à ce projet. Il est très motivé pour le club et ça, j’apprécie. Ce n’est pas forcément une option qui va se réaliser, mais on est ouvert à tout. »


  • Articles
» VAFC-Auxerre : J-1
"Se faire respecter"
Les dernières déclarations de Faruk Hadzibegic avant la réception de l'AJ Auxerre (20h, 9ème journée de Domino's Ligue 2)...
» AC Ajaccio-VAFC : J-1
"Il faut enchaîner"
Après le derby victorieux de vendredi, Faruk Hadzibegic espère un nouveau résultat positif demain à Ajaccio...
» VAFC-Lens : J-1
"Être au top !"
Les dernières déclarations de Faruk Hadzibegic avant le derby face à Lens demain (20h, 7ème journée de Domino's Ligue 2)...
» Nancy-VAFC : J-1
"Retarder le démarrage de Nancy"
Avant de prendre la direction de Nancy avec son groupe, Faruk Hadzibegic a fait le point avec nous...
» VAFC-Niort : J-1
"Faire disparaître cette crispation"
Faruk Hadzibegic, satisfait de ses joueurs mardi face à Reims, espère que son équipe, qui ne s’est pas encore imposée à domicile en championnat aura un « déclic » demain. Interview d’avant-match !