L'entretien du mardi : Angelo Fulgini
Sochaux-VAFC : J-3 | 
Mardi 2 août 2016 - 20:00
Cette saison, vous pourrez retrouver chaque mardi un entretien avec un joueur ou un membre du staff du VAFC. Aujourd'hui, c'est au tour d'Angelo Fulgini !

Gagner à domicile dès le premier match de la saison, alors que cela avait été compliqué la saison dernière, peut-il libérer l’équipe ?
C’est sûr que ça fait du bien à tout le monde, à nous, au staff, aux supporters… Cela nous donne de la confiance pour la suite. L’année dernière, on a mis 6 mois pour gagner à la maison et là, on le fait dès la première journée. C’est de bon augure pour la suite et avant le déplacement à Sochaux.

Penses-tu que cette pression que vous aviez est désormais évacuée ?
C’est une nouvelle saison, on repart sur de nouvelles bases, tout en étant dans la continuité de la fin de la saison dernière. Personnellement, j’ai une année de plus chez les pros. Avec d’autres jeunes, comme Moussa (Niakhaté) ou Adrien (Tameze), nous avons pris de l’expérience et savons plus gérer les matches.

Malgré la trêve, sens-tu vraiment cette continuité par rapport à la fin de saison dernière, qui était très positive ?
Oui. Et le stage en Autriche nous l’a encore plus permis, en créant plus de liens entre nous. Nous avons aussi pu découvrir Ahmed (Kantari) là-bas, apprendre à bien le connaître. Tout ça, on l’a ressenti sur le terrain et on a pu bien commencer face à Clermont.

Les jeunes du groupe et toi avez plus d’expérience avec la saison précédente. Comment cela se caractérise t-il ?
Nous sommes plus rassurés, nous connaissons la Ligue 2. Il y a plus de confiance, on gère mieux les matches… C’est un tout.

Vous êtes aussi bien encadrés par un noyau de joueurs expérimentés…
Il y a beaucoup d’anciens qui nous encadrent et nous donnent des conseils. C’est important de pouvoir compter sur eux pour ça.

Au poste où tu préfères évoluer, n°10, Sébastien Roudet n’est-il pas le modèle parfait ?
Oui ! « Roud » a de la bouteille. En jouant, en s’entraînant avec lui, on apprend tous les jours : le placement, la lecture de jeu… Quand il faut conseiller, parler, il le fait. C’est parfait.

La saison dernière, tu avais bien commencé le championnat, et avais connu une baisse de régime par la suite.
Oui, j’étais bien en début de saison et, ensuite, j’ai eu un coup de moins bien. Je ne jouais plus trop, j’entrais 10 ou 20 minutes… C’était dur, mais je n’ai pas lâché et j’ai bien fini la saison. A moi d’être régulier cette année pour faire un bon championnat.

Tu es compétiteur, tu as du caractère, il faut aussi apprendre à gérer ça.
Je suis compétiteur, je râle beaucoup (rires), il faut que je fasse un effort par rapport à ça. Cela se travaille, à moi de me contrôler. Quand je ne joue pas, c’est vrai que je suis déçu. C’est normal, mais il faut vite se remettre en question et au travail. Et sur le terrain, il faut que je gère plus mon envie, en râlant moins pour rester concentré sur le match.

Faruk Hadzibegic semble te considérer comme un milieu, ton poste de prédilection…
En formation, j’ai débuté au milieu. Après, il y a eu un petit passage, en Equipe de France et avec Bernard Casoni, quand j’ai débuté chez les pros, où j’ai évolué au poste de latéral droit. Mais j’ai toujours voulu jouer milieu de terrain, c’est là que je me sens le plus utile. A moi de prouver que je dois évoluer à ce poste-là.

Tu as des atouts pour ce poste, la vision de jeu et ta qualité de passes. Mais penses-tu devoir progresser dans d’autres domaines, comme l’impact physique ?
Oui. Il faut que je prenne un peu physiquement et que je sois plus fort dans les duels, pour ne pas me faire bouger. C’est ce que me dit le coach aussi, je dois travailler ça. Il faut que je durcisse un peu mon jeu.



Quels grands milieux t’inspirent ?
J’aime bien Thiago Alcantara, Iniesta et Gündogan. Ils ont toujours l’envie de jouer, avec des une-deux, des passes… Ils savent aussi éliminer avec un petit crochet, sans en faire plus. C’est ce style de jeu que j’aime, avec des « appuis-remises », des échanges dans des petits espaces. On essaie donc de s’inspirer de ces joueurs, des grandes équipes.

Il y a des joueurs dans l’équipe qui permettent de développer ce jeu-là…
« Roud » a une grande technique, Nuno (Da Costa) et Lamine (Ndao) courent partout… Cela facilite le jeu, avec beaucoup de mouvements, pour nous qui faisons les passes au milieu.

Quels rapports as-tu avec le coach, qui aime être proche de ses joueurs ?
Le coach me parle beaucoup, est souvent derrière moi. C’est bon signe, cela veut dire qu’il croit en moi. On discute sur le terrain, mais aussi en dehors, on peut échanger sur d’autres sujets. C’est important. Il veut me faire avancer, c’est bien pour moi.

Ton pote Isaac Mbenza a rejoint le Standard de Liège. Pas trop dur ?
Non (rires), je suis content pour lui ! J’ai vu qu’il était entré en jeu lors du premier match. Je lui souhaite le meilleur, à lui de s’imposer dans ce grand club. A lui de jouer ! Il n’est pas loin de toute façon.

Justement, on a beaucoup parlé de sollicitations à ton sujet la saison dernière, ces derniers mois aussi… N’est-ce pas compliqué à gérer à ton âge ?
Je ne n’y fais pas trop attention, même s’il y a beaucoup de fausses informations qui sortent, ce qui m’énerve un peu. Après, c’est le rôle de mon agent. Je me concentre sur le foot, j’arrive à faire la part des choses.

Pour en revenir à l’actualité et au championnat, VA se déplace à Sochaux vendredi. Deux équipes qui ont remporté le premier match s’affrontent…
C’est un beau match qui arrive, les deux équipes sont en confiance. C’est un bon test pour nous, on va là-bas pour gagner. On veut les 3 points. Nous sommes tous prêts, déterminés.

Le coach, depuis qu’il est arrivé, répète qu’il veut donner cette culture de la gagne à l’équipe. La ressens-tu ?
Oui, il nous répète que nous sommes toujours là pour gagner, que cela soit à domicile ou à l’extérieur. Il a raison, on joue pour ça ! Cela motive tout le monde. C’est par le jeu que l’on s’imposera. Nous n’avons pas une équipe pour balancer des ballons devant, donc on essaie de jouer, ce que l’on a fait lors du premier match et en fin de saison dernière. On sait ce que l’on a à faire, il faudra le montrer vendredi.

C’était un bel été pour toutes les équipes de France de jeunes. Pour toi qui porte le maillot des Bleus, cela doit être important…
C’est bien, je suis content pour eux. Les deux équipes de U19 championnes d’Europe, les A en finale… Tout ça donne une bonne image de l’équipe de France. L’année dernière, avec les U19, nous avions perdu en demi-finale… Mais c’est le passé, il faut avancer. Et c’est le travail en club qui permet d’aller en équipe de France. C’est un bonus.

Pour finir, un petit mot sur tes origines. Tu es né à Abidjan, ton père est d'origine italienne...
Je suis né à Abidjan, mon père y était militaire. Comme c'est le droit du sol en Côte d'Ivoire, je peux prendre la nationalité ivoirienne. Ensuite, le père de mon père était italien, et ma mère est de Nouvelle-Calédonie. C'est un bon mélange ! Je suis content de représenter tout ça. Il n'y a, par exemple, pas beaucoup de joueurs calédoniens qui sont professionnels (Gope-Fenepej à Amiens, Zeoula à Laval), c'est donc important pour ma famille qui est là-bas et pour moi aussi.


  • Articles
» #JDMFoslin
Angelo Fulgini "Joueur du mois" !
Vous avez voté pour le #JDMFoslin sur les réseaux sociaux ! Et vous décidé d’élire Angelo Fulgini "Joueur du mois de mai" !
» Actualité
Le programme des internationaux
Plusieurs Valenciennois seront avec leur sélection... Saliou Ciss, blessé, ne jouera pas avec le Sénégal. Demandez le programme !
» #JDMFoslin
Angelo Fulgini "Joueur du mois" !
Vous avez voté pour le #JDMFoslin sur les réseaux sociaux ! Et vous décidé d’élire Angelo Fulgini "Joueur du mois d'avril" !
» Club
Séance de dédicaces à Auchan P.-Forêt !
A l’occasion des 45 ans d’Auchan Petite-Forêt, cinq joueurs du VAFC vous attendent ce mercredi 26 avril de 14h30 à 15h30 dans la galerie (face à Pizza Paï) pour une séance de dédicaces !
» #JDMFoslin
Angelo Fulgini "Joueur du mois" !
Vous avez voté pour le #JDMFoslin sur les réseaux sociaux ! Et vous décidé d’élire Angelo Fulgini "Joueur du mois de mars" !