L'entretien : Pascal Braud (2/2)
VAFC-Niort : J-1 | 
Jeudi 13 octobre 2016 - 18:15
Suite et fin de l'entretien avec l'entraîneur adjoint du VAFC Pascal Braud...

Par rapport à ton rôle d’adjoint, penses-tu avoir conservé une âme de joueur ?
Je vais répondre non. Quand j’ai commencé à entraîner, j’ai pris les U17 Nationaux à Dijon, et je suis parti du principe que je ne ferai aucun jeu ni toro avec les joueurs. Cela a du m’arriver une ou deux fois. Il faut passer à autre chose. Claude Puel l’a longtemps fait, je ne sais pas si c’est toujours le cas à Southampton, mais je ne juge pas ça. De mon côté, j’ai fait le choix inverse, en mettant cette barrière, et je l’assume. La différence, sur le banc, c’est que l’on n’évacue rien physiquement. C’est peut-être pour ça que l’on est un peu plus excessif et que l’on parle un peu trop parfois. J’ai envie de voir l’équipe bien jouer et gagner. Quand on gagne, je sais que les jours qui suivent vont être agréables. Si l’on n’est pas investi dans son métier, cela devient vite fade. Gamin, je « kiffais » le foot et j’en ai fait mon métier, c’est un luxe, un privilège. J’ai été joueur professionnel et, aujourd’hui, je peux continuer à vivre de ma passion d’une autre façon. Si je ne me rendais pas compte à chaque match que c’est une chance d’être sur le banc, d’encadrer une équipe avec tout le staff, c’est que je ne comprendrais rien. Et j’adore être sur le terrain, préparer et animer les séances. Je me sens bien.

En tant qu’ancien défenseur, aimes-tu particulièrement échanger avec ceux qui occupent ce poste dans le groupe ?
Oui. Quand on regarde la vidéo, je donne quelques conseils. Après, dans l’équipe, il y a quand même pas mal d’expérience avec Ahmed (Kantari), Loïc (Nestor), Baptiste (Aloé), même s’il est un peu plus jeune. Mais ce n’est pas systématique, je fais ça spontanément, si je pense que les joueurs sont demandeurs. Tout le staff, Faruk (Hadzibegic), Nico (Rabuel), David (Klein), Romain (Carpentier) et moi, nous avons la même sensibilité et sommes proches des joueurs. Cela se fait donc naturellement après l’entraînement ou le match, on échange, que cela viennent d’eux ou de nous directement. Après, c’est leur métier, ils doivent donc avoir la volonté d’être à l’écoute et d’aller chercher le petit détail qui permettra de gagner un match ou d’être meilleurs dans certaines situations.

Il y a aussi énormément d’outils et de statistiques à disposition des staffs…
C’est énorme. Toutes ces statistiques, ces actions disséquées… Après, il faut bien faire le tri, aller à l’essentiel de ce qui peut être intéressant pour le joueur. Il y en a forcément certains qui sont plus attirés par tout ça que d’autres. Souvent, logiquement, ce que l’on obtient après une rencontre correspond au match du joueur, mais il y a aussi le ressenti. Il faut être capable de s’analyser à la sortie du match. C’est important d’être mesuré, d’avoir le recul par rapport au match d’un joueur. Personnellement, je ne suis pas féru de statistiques, je les utilise de façon parcimonieuse. Mais, de toute façon, cela fait maintenant partie des paramètres d’une rencontre, il faut l’intégrer. C’est l’évolution du foot.

Penses-tu que le rôle d’adjoint évolue aussi, par la force des choses ?
Oui, il évolue, notamment par rapport au comportement des jeunes joueurs. Au bout de 7 ou 8 matches joués, l’agent va parler du futur… C’est nouveau, il faut avoir beaucoup plus d’écoute. A mon époque, les jeunes passaient par leur capitaine pour dire quelque chose. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’échanges. Après, cela dépend de la sensibilité de chacun. Mais aujourd’hui, cela va très vite, vers le haut comme vers le bas. Je ne dis pas que c’était mieux avant, il faut juste s’adapter.

As-tu des références, des entraîneurs qui t’ont inspiré ?
J’ai appris avec tous. Mes dernières années de joueur, je les ai passées avec Rudi Garcia. J’ai travaillé avec Alain Perrin, qui m’a beaucoup appris tactiquement. J’avais rarement vu ça en Ligue 2. Il y a eu aussi Michel Le Milinaire, j’étais jeune pro et je pense que ses méthodes ne pourraient plus être utilisées aujourd’hui. Et, par la suite, il y a tous les entraîneurs que j’ai côtoyés dans les staffs après ma carrière de joueur. Il faut apporter sa touche personnelle sur des exercices, essayer d’entraîner une réflexion chez les joueurs. Après, quand on voit jouer les équipes de Guardiola, d’Ancelotti, il y a un travail, mais on peut être amené à faire des choses qui s’en rapprochent. Dans un staff, il faut qu’il y ait un échange. C’est le cas avec Faruk, nous avons la possibilité d’amener quelque chose. Il faut être force de proposition, que cela soit validé ou non. C’est la base, sinon le coach n’aurait pas besoin de staff. Il y en a un pour avoir plus de fluidité dans les séances, mais aussi d’intermédiaires qui tiennent le même discours que l’entraîneur.

Tu connais bien le coach, Faruk Hadzibegic. On sent qu’il est dans son élément au VAFC…
Je le trouve plus calme qu’à Dijon et à Arles-Avignon. Il a quelques années de plus et l’expérience, ça joue. On sent qu’il est heureux au VAFC. Il sait, et nous savons, qu’il y a quelque chose à faire avec ce groupe. La relation que je peux avoir avec Faruk dépasse celle d’entraîneur et d’adjoint. Nous avons appris à nous connaître à Arles-Avignon, je l’apprécie beaucoup. Je sais ce que je lui dois. Aujourd’hui, il y a un plaisir partagé. Et, s’il se retourne, tout le monde est derrière lui pour aller au feu, personne ne va se cacher. On va aller au feu ensemble.


  • Articles
» VAFC-Niort : J-2
L'entretien : Pascal Braud (1/2)
Après David Klein, c'est un autre membre du staff valenciennois qui répond à nos questions. Arrivé cet été, l'entraîneur adjoint Pascal Braud évoque le début de saison du VAFC et l'adversaire de vendredi, Niort. Des Chamois qu'il connaît très bien...
» Club
P. Braud : "Atteindre les ambitions du club"
Si, à l'occasion de la reprise, Ahmed Kantari était la nouvelle tête chez les joueurs, Faruk Hadzibegic comptait également une recrue au sein de son staff : Pascal Braud. Nouvel entraîneur adjoint des Rouge et Blanc, ce dernier répond aux questions de va-fc.com...