"Sous le coup de l’émotion"
Club | 
Mardi 14 novembre 2017 - 17:52
Après avoir signé son contrat professionnel, le jeune milieu de terrain (19 ans) Julien Masson a répondu à nos questions…

Julien, tu as signé ton premier contrat pro ce lundi… Quelles sont tes impressions ?
C’est une très grande joie. Je suis encore sous le coup de l’émotion, « sous le choc », même si ce n’est pas le bon terme. Je suis très content, c’était un rêve pour moi de devenir footballeur professionnel. Par rapport aux matches joués avec les pros dernièrement, j’avais de bonnes sensations. C’est l’aboutissement de toutes mes années de football. Le rêve se réalise mais ce n’est qu’une étape comme on dit. Le plus difficile, c’est toujours de confirmer.

Pourquoi avoir choisi le numéro 13 ?
Je savais que Mody Traoré l’avait pris et était resté plus de dix ans à Valenciennes. Angelo Fulgini l’a eu aussi… Il a été formé comme moi à VA et était arrivé au club quand il était très jeune. A Valenciennes, j’ai commencé en U13. J’ai signé mon contrat le 13 novembre… Voilà toutes les raisons pour lesquelles j’ai pris ce numéro.

Comme tu le dis, ton parcours à VA est assez long…
Oui, j’ai commencé en U13. J’ai eu de très bons coachs à la préformation et au Centre : Ludovic Birembaut, Sébastien Lécuyer, Boris Schueller, Olivier Bijotat, Franck Triqueneaux… J’ai eu de très bons professeurs aussi, au Quesnoy et au Mont-Houy. Il y a aussi tout l’encadrement des jeunes du Centre de Formation. J’ai beaucoup appris, tout le monde m’a fait avancer. Quand je regardais les pros s’entraîner, je me disais qu’un jour, il fallait que je sois de l’autre côté du grillage, que si j’y arrivais, ça serait top… J’ai écouté les conseils de tout le monde, j’ai énormément travaillé et ça a payé…

C’est peu commun de signer dans le club de sa ville…
Être né à Valenciennes et jouer pour le VAFC, ça fait quelque chose. Toute ma famille est ici, tout le monde est à proximité. Pour l’encadrement, c’est vraiment cool. Au Centre de Formation, j’avais la chance de pouvoir rentrer chez moi tous les soirs pour être avec ma famille. J’ai eu beaucoup de messages de félicitations, ça me fait extrêmement plaisir. Tout le monde est content pour moi. Je vois qu’il y a du monde derrière moi et ça m’aide à avancer.

Tu nous as d’ailleurs déjà parlé des matches que tu venais voir lorsque tu étais petit…
J’allais en Tribune Pouille. Mon père y était abonné. On allait voir les matches ensemble. C’était VA, le club phare. Moi, j’étais dans un club amateur et j’allais voir une équipe de rêve. J’ai eu la chance d’aller sous le chapiteau VIP à Nungesser plusieurs fois. Je prenais les serviettes sur les tables et je demandais des autographes aux joueurs comme Steve Savidan ou José Saez après les matches… Je regardais le foot pour m’éclater, parce que j’aimais ça.

On sait aussi que ton père te suit de près et vient fréquemment voir les entraînements au Mont-Houy...
Il a récemment été muté dans le Sud mais est revenu dans le Nord pour quelques temps. Juste au moment où il est revenu à Valenciennes, j’ai enchaîné trois matches. J’ai eu de la chance de ce côté-là. Pour mes parents aussi, la signature d’un contrat pro est un aboutissement. Ils ont fait beaucoup d’efforts pour moi depuis que je suis petit. Ils m’emmenaient tous les soirs à l’entraînement, après leur journée de travail, alors qu’il y avait 25 minutes de route. Le dimanche, alors qu’ils avaient bossé toute la semaine, ils venaient me voir jouer. Je voulais les rendre fiers. Je ne voulais pas qu’ils fassent tout ça « pour rien ».

Depuis quelques semaines, tu enchaînes les matches en pro… Comment le vis-tu ?
Franchement, je ne pensais pas avoir ma chance aussi rapidement. Je me posais quelques questions : « Est-ce que j’aurais le niveau en Ligue 2 », « Est-ce que je suis assez bon ? ». Le fait d’enchaîner les matches, ça me donne de la confiance en moi, ce qui n’a pas toujours été le cas. C’est ma nature. Parfois, plein de questions se posent dans ma tête. C’est ma personnalité. J’ai fait de bons matches. Ça aussi, ça m’aide à avancer.
Quand je suis arrivé avec le groupe pro, il y a plus d’un an, j’étais un peu "à la rue" pendant les séances. Physiquement et techniquement. Les pros, c’était un cran au-dessus. J’avais du mal, il m’a fallu un temps d’adaptation.



  • Articles
» #JDMVAFC
Julien Masson "Joueur du mois" !
Vous avez été près de 1 000 à voter sur les réseaux sociaux pour le "Joueur du mois"... Et c'est Julien Masson qui remporte le troisième trophée de la saison !
» #JDMFoslin
Julien Masson "Joueur du mois" !
Vous avez été nombreux à voter sur les réseaux sociaux pour le "Joueur du mois"... Et c'est Julien Masson qui remporte le huitième trophée de la saison !
» #JDMFoslin
Julien Masson "Joueur du mois" !
Sur les réseaux sociaux du VAFC, vous avez été nombreux à voter pour le "Joueur du mois"... Et c'est Julien Masson qui remporte le cinquième trophée de la saison !
» Club
Julien Masson passe professionnel !
Julien Masson a signé ce midi son premier contrat professionnel avec son club formateur ! Le milieu de terrain de 19 ans est désormais avec le VAFC jusqu’en juin 2021.
» Nîmes-VAFC : J-1
"Fier de porter ce maillot"
Dans le groupe pour la troisième fois de la saison à l'occasion du déplacement à Nîmes, le milieu de terrain natif de Valenciennes Julien Masson nous raconte ses premiers pas dans le groupe pro, depuis août jusqu'à aujourd'hui...