"Ce soutien me donne de la force"
Interview | 
Mercredi 20 décembre 2017 - 16:57
Opéré avec succès à la suite d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou, Chérif Quenum démarre sa rééducation et s’exprime pour va-fc.com…

Chérif, peux-tu nous donner de tes nouvelles ?
L’opération s’est très bien passée, je suis content. Je suis au Centre de rééducation La Rougeville, à Saint-Saulve. Je travaille avec les kinés, quelques joueurs sont venus me voir avant de partir en vacances, comme Adil Azbague ou Eloge Enza-Yamissi. Je suis sur l’arthromoteur, une machine qui permet la rééducation du genou. J’y ai droit tous les jours, comme à la cryothérapie pour la jambe. L’objectif, c’est de pouvoir à nouveau marcher sans les béquilles, mais c’est difficile… Ça me fait du bien quand on m’appelle, parce que c’est difficile mentalement…

Tu as pu te ressourcer avant d’attaquer la rééducation…
Oui, je suis rentré chez moi pour voir ma famille et mes amis. Juste après l’opération, c’est « très tendu ». Tu ne peux vraiment pas bouger, même prendre le train, c’est impossible. Il fallait reposer le genou quelques jours. Le Centre La Rougeville a un bon partenariat avec le club, c’est parfait. Je ne vais pas tarder à montrer à nouveau ma tête au club avant de repartir à Clairefontaine pour un bon moment !

Comment t’es-tu blessé ?
On avait joué le vendredi contre Auxerre à domicile. Je n’étais pas entré en jeu et je suis donc allé avec l’équipe réserve, pour avoir un peu de temps de jeu. Malheureusement, je me blesse sur une action en deuxième mi-temps… Je veux percuter balle au pied, j’élimine un joueur, j’effectue une feinte de centre… Et le joueur adverse me « chope » le genou. Le genou est resté bloqué, à l’opposé du reste du corps. Et avec mon gabarit…

Tu découvres le monde professionnel cette saison. Cette blessure t’a coupé dans ton élan…
C’est certain… Mais je laisse les mauvaises choses de côté. Avec ma mentalité et ma hargne, je sais que je vais revenir beaucoup plus fort. Ça fait partie de la vie… Je garde le sourire. Je me dis qu’il y a vraiment pire que moi. Tous les matins, je vois des hommes amputés. Je me dis : « Chérif, tu n’as pas le droit de te plaindre ! Tu es dans un bon club, tu dois travailler pour revenir plus fort. »

As-tu déjà connu une blessure aussi importante ?
Non, c’est ma première grosse blessure. Ma première opération, aussi. Ça, c’était un choc pour moi au début. Mais les coéquipiers, le staff et le président prennent tous de mes nouvelles. Tout le monde est au top avec moi. Tous les jours, je sais qu’il y a des gens qui sont avec moi. Tout ce soutien me donne de la force.

T’es-tu fixé des objectifs ?
Le premier est de réussir à marcher sans les béquilles, lentement, droit. J’espère pouvoir le faire d’ici la reprise de l’entraînement du groupe, fin décembre. On fera ensuite tout le travail musculaire nécessaire, pour espérer trottiner, ça serait magnifique. Mais je sais que ça sera long, je veux prendre mon temps. Avoir des objectifs m’aide au quotidien.
Tout se jouera à Clairefontaine après. Là-bas, je pourrai cavaler, redonner de la force à ma jambe ! Là, j’ai une cuisse gauche de grenouille. C’est plus « Chérif costaud costaud », j’ai la cuisse de Gwenn Foulon (Rires) ! Pour finir, j’aimerais dire à l’équipe que je lui donne toute ma force pour la deuxième partie de saison ! Je sais qu’on va remonter au niveau du classement. Je ne peux pas jouer, participer aux séances, mais je suis le premier supporter de VA !



  • Articles
» Transfert
"Une très belle opportunité"
Chérif Quenum, latéral gauche de 24 ans, s'est engagé avec le VAFC pour 3 ans. Il nous explique son choix...