"Une chance d’avoir six semaines"
Club | 
Vendredi 21 juin 2019 - 10:43
Il était l’un des nouveaux visages lundi lors du premier entraînement de la saison… Emmanuel Vallance, le préparateur physique, se présente et répond à nos questions !

Emmanuel, comment ont démarré les contacts avec VA ?
Olivier Guégan m’a sollicité il y a quelques temps. Après, j’ai eu le président au téléphone… Et le lendemain, je donnais mon accord. J’ai connu le coach lors d’un stage d’entraîneur. Humainement, on se connaissait et il a souhaité que je l’accompagne dans cette aventure.

Peux-tu détailler ton parcours aux supporters qui te découvriraient ?
J’ai commencé au Centre de Formation du FC Metz. Quand le club est descendu en National, Albert Cartier est arrivé à la tête de l’équipe première. Il n’y avait plus de préparateur physique chez les pros et il m’a fait confiance. J’ai donc alterné avec les jeunes et les pros. Je suis ensuite resté plusieurs années à la Formation.
Après, j’ai eu une belle opportunité : j’ai travaillé pendant deux ans dans le staff de Claude Puel à l’OGC Nice. Lors de la première saison, on finit au milieu de tableau avec une équipe assez jeune. L’année suivante était exceptionnelle, avec la grosse année d’Hatem Ben Arfa. J’ai connu des stades pleins… C’était la folie. Après ces deux saisons, Claude Puel s’en va à Southampton… Il n’y avait pas la possibilité de le suivre et je n’avais pas forcément envie de poursuivre l’aventure niçoise sans lui.
J’échange rapidement par textos avec Albert Cartier et ce dernier me propose alors de le rejoindre à Sochaux. Il part ensuite au Gazélec pour deux ans et m’appelle pour venir avec lui ! La première saison se passe plutôt bien et arrive le mois d’octobre de l’année 2018… L’équipe est onzième, à quelques points du cinquième. On perd un match à domicile face à Orléans (0-2) et on se fait limoger…

Comment se passent tes premiers jours à VA ?
Là, on est vraiment dans le domaine de prédilection du préparateur physique. On a la chance d’avoir six semaines de préparation, lors de laquelle le côté athlétique est prépondérant. On a fait le choix de mettre les séances athlétiques le matin pour plusieurs raisons. On travaille notamment sur des séances à jeun... Il y a une première séance tôt le matin, puis le petit-déjeuner au Centre, une deuxième séance et ensuite le déjeuner sur place… On a la chance d’avoir ce fonctionnement. L’après-midi, les joueurs ne me voient pratiquement pas.

Le fait d’avoir six semaines pour se préparer à la compétition est à souligner…
Ce qui est souvent problématique dans les préparations, c’est qu’on peut vouloir aller vite. Là, on n’est vraiment pas pressé par le temps. Il y aura toujours une dominance athlétique lors de la préparation, même si le ballon viendra s’intégrer progressivement aux séances

Les recrues vont arriver au fil du temps… Et n’auront pas toutes le même état de forme…
Déjà, il faut voir où en sont les joueurs, discuter avec eux pour savoir ce qu’ils ont fait pendant leurs vacances. Ensuite, on essaye de rattraper les séances qu’ont fait les garçons. L’objectif est que tout le monde arrive dans les mêmes dispositions le jour de la reprise du championnat.

Grâce à des séances individuelles ?
Complètement. Malek Chergui est arrivé cet après-midi (interview réalisée jeudi), on a fait ensemble la séance que le groupe a fait lundi. Dès que l’on a un trou, on essaye de s’adapter. Demain, il fera une partie avec ballon et rattrapera le contenu athlétique. L’individualisation, c’est très important.

Comment as-tu ressenti le groupe sur ces premiers entraînements, qui ne sont pas forcément les plus appréciés ?
C’est un groupe réceptif. Après, c’est le début, il y a un nouveau staff… Tout le monde veut se montrer. On boucle la semaine. J’ai vu des garçons volontaires, qui avaient envie de bien faire. Même s’il y a eu des difficultés, ça s’est accroché. Cela montre déjà beaucoup de choses.

Tu découvres également le staff…
Cela se passe super bien ! Olivier a composé un staff avec des différences d’âges minimes. On est quasiment tous de la même génération. On a tous nos caractères et nos compétences. Le staff est homogène et complémentaire. Cela fait une semaine que l’on travaille ensemble, mais j’ai l’impression que cela fait dix ans que l’on se côtoie... Tout est déjà rôdé et cela nous permet de gagner du temps. Personne ne se marche dessus, c’est top. Les installations ? Elles sont extraordinaires ! De ma modeste carrière, c’est le plus beau Centre d’entraînement que j’ai pu voir… Le club a des installations de Ligue 1. Et puis il faut aussi dire que les gens du club sont « aux petits oignons » avec toi et on a la chance d’avoir des supporters amoureux de ce club.