"Un plaisir de revenir dans ma région !"
Mercato | 
Samedi 13 juin 2020 - 16:49
Eric Vandenabeele, l’une des deux premières recrues du VAFC (avec Arsène Elogo) cet été, répond à nos questions ! Le Calaisien d’origine reste sur deux grosses saisons dans l’axe de la défense de Grenoble et arrive à Valenciennes avec une grosse envie et beaucoup d’humilité. Il est lié avec VA jusqu’en juin 2023. Entretien.

Eric, quel est ton sentiment après avoir rejoint le VAFC ?
Je suis très heureux de signer à VA ! Moi qui suis né à Calais, c’est un plaisir de revenir dans ma région d’origine ! Je connais la mentalité des Nordistes, je sais ce que les supporters de Valenciennes attendent de leurs joueurs : ils veulent que l’on mouille le maillot.


Tu rejoins un groupe dans lequel il y a des anciens grenoblois…
Je connais déjà le coach, que j’ai eu pendant deux ans au GF38. On a vécu deux montées ensemble. Maxime Spano Rahou aussi, bien sûr. Il a fait une superbe saison avec VA. C’est un très bon défenseur, combatif, costaud, qui ne lâche rien. Il a les valeurs que le coach essaye d’inculquer à ses joueurs. Il y a aussi Malek Chergui, un joueur technique et toujours capable de faire la différence. Et puis donc Arsène Elogo, à qui je vais faire découvrir le Nord. C’est un ami qui a fait le même chemin que moi cet été… On s’apprécie tous les quatre, ce sera forcément une bonne chose. Arsène ? J’ai appris qu’il avait signé avant moi mais il ne m’avait rien dit ! Il est resté très secret… Je suis très heureux de faire cette « route » avec mon ami.

Tu as déjà joué aux côtés de Maxime Spano Rahou derrière…
Oui, déjà lors de ma première saison à Grenoble, dans un système à quatre défenseurs et cela s’était très bien passé. Même lors de notre première année en L2, on était aussi associé dans l’axe de la défense. On se connaît très bien, on communique beaucoup sur le terrain et on se complète bien. En dehors du terrain, c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Mais il y a aussi de très bons défenseurs dans l’équipe et rien ne sera donné à l’avance. J’espère que l’on aura à nouveau un grosse défense la saison prochaine. Avec le coach Guégan à Grenoble, on avait tous une grosse envie de ne pas prendre de buts. Lorsque Philippe Hinschberger est arrivé, cette mentalité est restée. Ces deux dernières saisons, nous avons fait de bonnes prestations défensives. Que ce soit moi ou une partie du staff, cela nous tenait vraiment à cœur de ne pas prendre de but et on essayait de faire rentrer ça dans la tête des joueurs qui nous rejoignaient.


Comment as-tu été approché par VA ?
Dès le début de l’année civile 2020, j’avais eu le coach Guégan au téléphone. Il voulait que je signe pour la saison suivante… Je connais ses méthodes d’entraînements, j’aime beaucoup son style de management et son sens tactique. Je sais qu’il demande toujours à ses joueurs d’avoir un bloc défensif solide et de mettre de l’engagement. Son leitmotiv, c’est de gagner et il n’y a rien de plus important dans le foot…


Saurais-tu te définir en tant que joueur pour les supporters qui ne te connaîtraient pas ?
Je suis un défenseur qui aime relancer proprement, je n’aime pas rendre la balle à l’adversaire facilement… Je suis assez calme. C’est dans mon caractère et cela peut se ressentir sur le terrain. J’essaye d’apporter de la sérénité. J’ai aussi une bonne lecture du jeu et un bon placement. Cela fait trois saisons que je marque deux buts et j’aurais aussi pu en inscrire d’autres… Je connais mes défauts, j’essaye de faire en sorte qu’ils soient le moins visible possible (Rires).


Tu restes sur deux belles saisons avec le GF38… On imagine donc que tu arrives dans le Nord avec beaucoup de confiance ?
Je n’arrive surtout pas à Valenciennes en me disant que « c’est gagné » pour moi. Je viens avec beaucoup d’humilité et de respect pour les joueurs qui restent sur une très grosse saison. Il va falloir que je gagne ma place en étant bon lors des séances, sur le terrain. Je n’arrive pas en me disant que je ferai partie « du onze ».


As-tu déjà visité les installations du Mont-Houy ?
Oui, ce sont des infrastructures de haut niveau ! C’est du niveau L1, avec une magnifique plaine de jeu. Pour bien bosser, c’est le top. Ces belles conditions doivent nous aider à faire de belles prestations et pour ça… Cela passe par le travail, le travail, le travail….


Comment as-tu vécu cette fin de saison anticipée ?
On imaginait vraiment reprendre et pouvoir finir la saison. C’était peut-être un peu prématuré mais les instances ont joué la sécurité. A Grenoble, nous n’avions plus forcément grand-chose à jouer dans ce championnat. Mais pour des équipes comme VA qui auraient pu envisager les barrages, il doit y avoir de la frustration de ne pas pouvoir terminer cette saison. Et je ne parle même pas d’Ajaccio, Clermont ou Troyes. Je m’étais blessé juste avant cette période, on va dire que cela m’a permis de bien récupérer… Je pensais pouvoir retrouver les terrains dès la reprise du championnat mais c’est comme ça ! Je me suis entretenu de mon côté et je continue de bosser pour être à prêt à 100% dès le 1er juillet.