DH : Retour sur VAFC-Vimy (1-2)
Formation
 | Lundi 13 mars 2017 - 16:24

DH : VAFC-Vimy 1-2

La compo du VAFC : Kocik - Bangala, Ndiaye, Niakaté, Doré - Arib - Mammou, Baku, Da Silva (Cap.), Bataille - De Oliveira.
Puis Foulon, Parienté et Hervé.

Le détail du but :
1-2 : Le centre de Mammou de la droite est repris par Foulon. L’attaquant réduit l’écart d’une tête décroisée.


La réaction de Franck Triqueneaux : « On était sur quatre matches consécutifs sans défaite, avec deux victoires et deux nuls. Il y avait eu une alerte la semaine dernière contre Biache : en ayant mené deux fois au score, on n’avait pas su l’emporter. La semaine de travail a été très irrégulière, elle confirmait un peu le moins bien entrevu lors du match précédent.
On avait l’opportunité d’enchaîner avec un cinquième match consécutif sans défaite, à domicile, face à une équipe qui était mal classée. On ne l’a pas fait parce qu’on s’est mis une balle dans le pied rapidement en offrant le premier but à l’adversaire après seulement cinq minutes de jeu. On a concédé le deuxième but rapidement sur coup de pied arrêté. C’est significatif que nous sommes moins impliqués parce que depuis le changement de notre façon de défendre sur coups de pied arrêtés, nous n’avons pas pris de but dans ce domaine. Là, on en prend un… Ce n’est pas par hasard. Cela reflète notre inefficacité défensive et la facilité avec laquelle l’adversaire perforait notre ligne défensive et créait le danger pendant la première demi-heure.
Quand on ne défend pas bien, on n’attaque pas bien. J’ai procédé à des changements et à une réorganisation pour la deuxième mi-temps. On a réduit rapidement l’écart en faisant une bonne entame de seconde période. Cela laissait penser à ce moment que l’on pouvait revenir au score, puis peut-être passer devant. Malheureusement, au fil des minutes et notamment avec la sortie de Marco Da Silva, qui jouait son premier match depuis pratiquement trois ans, on s’est dispersé dans le jeu. Nous sommes devenus brouillons, nous nous sommes précipités… Il y a eu beaucoup de déchets, ce qui nous empêchait de mettre davantage de pression sur cette équipe de Vimy. On n’a pas eu assez d’occasions et de situations à mon goût pour prétendre à un autre résultat.
C’est décevant, frustrant. Maintenant, on joue de plus en plus « jeune ». Il ne faut pas oublier qu’hier, on avait quatre 1999 et quatre 1998. Il y a un an, les 1999 jouaient tous en U17 National. La promotion des meilleurs joueurs de l’équipe réserve chez les pros, dont je suis le premier à me réjouir car c’est notre mission première, amène à un affaiblissement de l’équipe. C’est plus difficile quand ces joueurs ne sont pas là. Quelque part, on souhaite ne plus les avoir avec nous jusqu’à la fin de saison, cela voudra dire qu’ils se sont installés chez les pros, même si c’est déjà un peu comme ça pour l’un d’entre eux (Steve Ambri).
Quand on a ni le renfort de pros et que les meilleurs jeunes jouent chez les pros… Nous n’avons pas la qualité d’effectif pour compenser ces deux paramètres. Cela ne doit en aucun cas remettre en question notre politique de formation, et notamment le fait que des jeunes soient chez les pros. C’est la mission première d’un Centre de Formation. On ne peut que s’en réjouir et il faut que tout le monde l’entende. »